Les règles de sécurités en randonnée équestre : faire la liste des règles

Il n’y a rien de plus agréable que de faire une balade à cheval dans la nature pour se ressourcer. Mais il faut respecter certaines règles, étant donné que cette pratique présente des possibilités d’accidents corporels importants. Qu’on se le dise, la randonnée équestre est un sport plus risqué que les jeux de cartes !  

1 — Avant toute chose, le chevalier doit maîtriser sa monture avant son départ. C’est une évidence, mais il nous arrive souvent d’oublier qu’on est responsable de notre monture tel qu’un conducteur de voiture non immatriculé. Dès lorsqu’on est à pied, on devient aussi le meneur d’animaux !

2 — L’un des éléments principaux auquel les randonneurs doivent également veiller est de s’assurer qu’on dompte très bien le cheval. Il n’est pas envisageable de faire un galop si le cavalier n’est pas à même d’arrêter son animal de manière contrôlée et prudente.

3 — Même si on est un professionnel, il ne faut effectuer que rarement et de façon réfléchie des galops avec les chevaux. Ceci est souvent considéré comme assez dangereux autant pour le cavalier que pour le cheval. On préfèrera plutôt faire un trot rapide quand on veut couvrir de plus longues distances avec plus de sécurité.

4 — Il convient aussi de noter que certains chemins forestiers sont généralement interdits aux randonneurs équestres, tout comme les sous-bois et les champs. Il y a toutefois une certaine tolérance s’il s’agit des champs moissonnés et non retournés. Encore faut-il que le propriétaire ne l’interdise pas formellement.  Les parcelles d’herbes font également partie des domaines privés. Si on envisage de s’y aventurer, il serait mieux d’organiser la sortie quand l’herbe n’est pas trop haute, c’est-à-dire lorsqu’elle est assez longue pour être coupée pour le foin.

5 — Faire des randonnées équestres en hiver…. Pourquoi pas ? Il faut tout simplement avoir en tête que le port du casque ou de la bombe est vivement conseillé. En présence d’une neige poudreuse ou de gelée, le cheval pourra marcher dessus sans aucun problème. Par contre, si la neige est collante, elle va s’aglutiner sous ses pieds. Au fur et à mesure, il pourra donc former un bloc qui augmentera de volume à chaque pas. L’animal pourrait donc se déséquilibrer, risquer une entorse du boulet, voire chuter. Le mieux dans ce cas est d’utiliser un dispositif en caoutchouc à placer sous le pied du cheval et qui se regonfle d’air après chaque lever de pied pour repousser la neige qui se coince dans la sole.

6 — Il est important d’apporter des kits essentiels pour la randonnée équestre. Pour ne citer que la trousse de pharmacie, conçue spécialement pour les soins du cavalier et de son cheval. Il convient aussi de s’assurer que celle-ci soit propre et fixée à un endroit étanche. Enfin, il ne faut pas oublier la trousse de maréchalerie contenant une lampe frontale, une lampe cycliste à diode, un brassard et des bandes réfléchissantes destinées.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>